Rendez-vous sur www.okeenea.com
Handica 2015 : Eo Guidage prend la parole sur la signalétique multisensorielle - EO GUIDAGE
Accès direct au contenu
Accueil du site InternetToutes nos actualités › Article en cours de lecture

Handica 2015 : Eo Guidage prend la parole sur la signalétique multisensorielle

 

 

 


Lise Wagner, experte en accessibilité

Lise Wagner © Crédit Photo : Félix Ledru

 

 

 

La signalétique multisensorielle est une composante essentielle de l’accessibilité pour toutes les personnes handicapées. C’est ce qu’a voulu  rappeler Lise Wagner, expert en accessibilité et usages chez EO Guidage, lors de la conférence « Marcher sans voir, ça marche comment ? », organisée par l’association Point de Vue sur la Ville le 5 juin dernier.

Qu’est-ce que la signalétique multisensorielle ? A quels besoins répond-elle ? En quoi participe-t-elle à la mise en accessibilité des lieux ? Quel est le cadre réglementaire ? Quelles sont les solutions existantes ? Et enfin, quelles sont les données dont nous disposons aujourd’hui pour prouver son efficacité ? Telles sont les questions qui ont été abordées tour à tour par l’expert devant un auditoire constitué de professionnels de l’accessibilité et d’usagers.

La signalétique multisensorielle : un principe inscrit dans la réglementation accessibilité

La signalétique multisensorielle est un système d’information et d’orientation qui combine plusieurs modalités sensorielles afin d’être perçue, comprise et utilisée par l’ensemble des usagers. A la fois visuelle, sonore, tactile, podotactile, et parfois numérique, elle permet d’orienter et d’informer les personnes ayant un handicap sensoriel pour qui la compensation par les autres sens est évidente, mais plus largement toutes les personnes qui rencontrent des difficultés d’orientation permanentes ou situationnelles. Le principe de la signalétique multisensorielle est inscrit dans la loi du 11 février 2005, et plus particulièrement dans son article 41, qui stipule : «. L’information destinée au public doit être diffusée par des moyens adaptés aux différents handicaps. » Il a été précisé dans les décrets d’application et arrêtés, ainsi que dans de nombreux guides pour l’application des règles de mise en accessibilité, notamment ceux édités par l’AFNOR ou le CEREMA.

L’institut de la Vision confirme l’utilité du balisage sonore

Lise Wagner s’est appuyée sur un exemple concret : la balise sonore. Ce dispositif, activable par télécommande ou Smartphone, diffuse un message verbal qui identifie et localise un point précis, mais fournit aussi de l’information pour la poursuite du cheminement ou les services apportés par l’établissement.

La balise sonore est considérée par les personnes déficientes visuelles comme le meilleur dispositif d’information et d’orientation. Ceci avait déjà largement été démontré par les interventions de Nicolas Baltenneck, enseignant chercheur à l’Université Lyon 2, et Lilia Ouerdi, présidente de Point de Vue sur la Ville, qui ont précédé l’exposé de Lise Wagner. Cette dernière a ensuite évoqué les résultats d’une étude menée par l’Institut de la Vision, qui confirme l’usage des dispositifs sonores radiocommandés par la quasi-totalité des personnes non-voyantes (96%) et montre que leur utilisation leur apporte sécurité, autonomie, gain de temps et meilleure représentation de l’environnement.

S’il était encore besoin de convaincre les gestionnaires et exploitants d’ERP de l’utilité de la balise sonore, notons que, selon l’étude de l’Institut de la Vision, trois personnes déficientes visuelles sur quatre privilégient les lieux qui en sont équipés.

 

Pour en savoir plus sur Point de Vue sur la Ville :
http://pointdevuesurlaville.org/